Sunday, November 8, 2015

APPEL A LA MOBILISATION CITOYENNE by Jhon Byron




APPEL A LA MOBILISATION CITOYENNE
 
"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".
Article 35, Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 1793.

Depuis environ trois décennies, les composantes principales et essentielles de la population haïtienne, les travailleurs-travailleuses, les paysans-paysannes, les différentes catégories socioprofessionnelles (enseignants, travailleurs de la santé, avocats, petits commerçants etc…), les masses rurales et urbaines se battent pour maintenir une présence active sur la scène politique, notamment à travers la participation aux élections. Cette présence active traduit surtout leur engagement pour l'amélioration des conditions d'existence, leur combat contre la concentration excessive des richesses aux mains d'une minorité qui fait d'Haïti la société la plus inégalitaire de toutes les Amériques.

L'obsession des groupes oligarchiques, du pouvoir actuel et de ses tuteurs internationaux, pour priver le peuple haïtien de sa capacité de choisir ses dirigeants politiques en intoxiquant l'opinion publique avec la médiatisation de certains sondages, en organisant des fraudes massives aux dernières élections et en réprimant la contestation populaire des résultats électoraux fabriqués, est une tentative pour maintenir à tout prix le statu quo politique et socio-économique.

Actuellement, une course de vitesse est lancée pour continuer à jouir des privilèges, dilapider les ressources du pays et reproduire le cercle infernal de l'exclusion? Cela va donc au-delà de la question des résultats publiés par un CEP aux mains des ennemis du peuple: le parti au pouvoir, les clans oligarchiques, les pays du "Core group" qui ont invité le gouvernement à intensifier la répression.
Dans cette situation, un peuple et un pays cherchent encore leurs voies. D’un côté les multinationales, leurs courtiers, leurs interfaces locales veulent accéder à l’énorme trésor haïtien pour renforcer un pouvoir prédateur sans scrupule et sans aucun sens de solidarité avec la population. De l’autre les masses laborieuses, les ouvriers, les paysans, les catégories socioprofessionnelles et les communautés locales, lourdement affectés et pénalisés par la cherté de la vie, le chômage chronique exigent la prise en compte de leurs justes revendications en tant que forces sociales et politiques du pays.

Alors que le prix des produits de première nécessité continuent de grimper, le taux d'inflation continue de s'élever, alors que la monnaie nationale perd de la valeur par rapport au dollar américain, les dernières mesures scandaleuses comme les privilèges accordés au président, aux ministres et secrétaires d'État ont montré encore une fois la volonté du pouvoir en place de continuer à piller les caisses de la République qu'il a déjà substantiellement vidées. Le retrait de certaines mesures annoncées par le Premier ministre ne doit pas leurrer la population, ils ont tout simplement compris leur erreur en laissant transparaître leur offensive de pillage. C'est une invitation à continuer à saccager le Trésor public en catimini, en ne faisant pas bruit.
 
NON AU TRAVESTISSEMENT DU VOTE POPULAIRE;

NON AUX ARRESTATIONS, INCARCÉRATIONS, EMPRISONNEMENTS POLITIQUES;

NON AUX TUERIES, INCENDIES DE MAISONS, MASSACRES PLANIFIÉS DANS LES QUARTIERS POPULAIRES;

NON A LA REPRESSION POLITIQUE DES MOUVEMENTS SPONTANÉS DES MASSES AINSI QUE DES MILITANTS POLITIQUES;

NON À LA REPRESSION DES REVENDICATIONS LÉGITIMES DU PEUPLE

NON AU PILLAGE SYSTÉMATIQUE DES CAISSES DE LA RÉPUBLIQUE

NON AU VOL DE NOS TAXES

NON AU TRIOMPHE DU FAVORITISME DE CLANS

NON À LA TRANSFORMATION DE LA POLICE NATIONALE D’HAITI EN POLICE POLITIQUE

NON À L’IMPOSITION DE DICTATURE SOUS PRÉTEXTE DE STABILITÉ ET DE CONTINUITÉ;

NON A LA POLITIQUE DESVASTATRICE DE LA "COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE" EN HAITI

NON À LA LIQUIDATION TOTALE DE LA SOUVERAINETÉ NATIONALE
POUR LA DÉFENSE DES ACQUIS DÉMOCRATIQUES, LE TRIOMPHE DES
REVENDICATIONS LÉGITIMES DU PEUPLE,

DE LA SOUVERAINETÉ POPULAIRE ET DE LA SOUVERAINETÉ NATIONALE.

GREVE GENERALE : Lundi, mardi, 9, 10 Novembre 2015

MARCHE CITOYENNE DU REFUS : Mercredi 11 Novembre 2015, 10 h00 AM

Parcours : De Carrefour Aéroport à Place Jérémie via Pont Morin

Nous ne voulons pas de cette continuité là !
P
eyi a p ap pran senk (5) lane ankò anba rapas sa yo !!!

Kou sa p ap pase !!!